Stage de Taichi Chuan à L’Île Blanche du 1er au 5 juillet 2019, par Céline

Bienvenue sur le site de l’Association de Tai Chi Chuan de Paris Forums Paroles de pratiquants Stage de Taichi Chuan à L’Île Blanche du 1er au 5 juillet 2019, par Céline

Ce sujet a 7 réponses, 1 participant et a été mis à jour par  Site par défaut, il y a 3 mois et 3 semaines.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #365

    Site par défaut
    Participant

    Ces notes sont une sorte de journal de bord que je me suis efforcée de tenir pendant ces quelques jours à l’Ile Blanche, merci d’avance pour votre indulgence quant au style pas toujours très littéraire et au point de vue un peu personnel de ce texte, dont j’espère qu’il donnera envie à certains de participer l’an prochain à cette très belle aventure !

    #366

    Site par défaut
    Participant

    Dimanche 30 juin :
    Départ en train depuis Paris Montparnasse. Croisé Lucie sur le quai. Chaleur étouffante depuis plusieurs jours à Paris. Fatiguée, contente de partir me mettre au frais, au vert, au calme.
    Qu’est-ce que j’attends de ce stage que je veux faire depuis plusieurs années ? Progresser en pratiquant tous les jours, ce que je ne fais jamais. Trouver quelques « routines » que je pourrais intégrer à mon quotidien en rentrant. Rencontrer des gens. Me ressourcer. Être au contact de la nature. N’avoir rien à prendre en charge d’un point de vue matériel. Déconnecter. M’initier au Neigong. Comprendre quelque chose du rapport entre la respiration et le mouvement. Le thème du stage choisi par Sabine cette année est « Exploration de la dimension interne du Taichi Chuan ».
    Je prends ces notes sur les conseils avisés de Rémi. Une pensée amicale pour lui.
    Je retrouve Géraldine, Martial et Michel (de Metz) à la voiture-bar avec Lucie qui est venue me chercher.
    Bien arrivés, Jean-Luc est venu nous chercher en voiture, on a papoté avec Sandra. L’endroit est idyllique, le groupe à majorité de Versaillais a l’air très sympa, on est une trentaine dont un tiers d’hommes. On découvre les chambres (Géraldine et moi sommes voisines, Sandra en face), le parc, la plage.
    Apéro au jardin, dîner, coucher de soleil dans ma chambre en rentrant, il fait jour très tard en Bretagne en été, j’avais oublié…

    #367

    Site par défaut
    Participant

    Lundi 1er juillet :
    J’ai très mal et peu dormi, normal pour une première nuit dans un nouveau lieu, peur d’être en retard pour le Neigong, « assise immobile », avant le petit déjeuner.
    Échauffement des hanches, quelques explications mais pour les détails et pour ne pas ennuyer ceux qui ont fait le stage l’an dernier Sabine renvoie à l’atelier de 16h-16h45 animé par Hélène.
    Sessions courtes pour le premier jour. Se concentrer sur le cœur (« pouce carré », « assise écarlate », se représenter Bouddha sur une barque au pied de la pagode = plexus solaire, cœur), puis sur le dan tian principal (champ de cinabre, se représenter une petite balle rouge qui se gonfle sur l’inspiration et se dégonfle sur l’expiration), et enfin sur le 3ème œil au milieu du front, siège du Yi (intention), lié au cœur, se représenter un cercle doré au niveau du front (difficile les yeux mi-clos, plus facile les yeux fermés).
    Puis premier duan dehors en silence face à la rivière.
    Petit déjeuner à 8h puis rdv à 9h50 pour se rendre sur le lieu choisi pour la pratique, à côté des terrains de sport.
    Enchaînement :
    Exercices de marche à 2 avec changements de direction. Accent sur :
    – La légèreté de la jambe mobile. Les pas suivent le mouvement du bassin qui entraîne la jambe et le pied.
    – La façon dont on pivote : sur le talon, ce qui est moins naturel, quand on est fléchi, pour ne pas s’éloigner ; sur l’avant du pied, plus naturel, quand on est en extension.
    – Le centre de gravité qui descend lorsque le genou de la jambe avant s’avance.
    – La notion d’espace personnel comme une bulle autour de nous, comme une structure, invisible mais perceptible.
    – Le déplacement minimaliste, la jambe libre repassant toujours par le centre.
    – L’enracinement comme connexion à la terre et l’alignement comme connexion au ciel.
    Explications et exercices pour repérer 4 points importants sous la plante des pieds (le talon, les deux extrémités de l’avant du pied en dessous du gros orteil et du petit doigt de pied, et le point au centre de l’avant pied, la « source jaillissante », essayer d’imaginer qu’on y emprisonne une petite fourmi qu’il ne faut pas écraser).
    Un autre point important : le lao gong « temple du travail », situé dans les mains là où se pose le bout du majeur quand on replie les doigts
    Deuxième duan tous ensemble.
    Déjeuner.
    Promenade pour voir les ruines des bains romains de l’autre côté de la rivière avec Géraldine.

    Atelier avec Hélène :
    Mes questions portaient sur : la posture (je me sentais trop penchée en avant), le mouvement interne, le « chemin » pour amener le souffle aux différents points du corps et l’esprit qui vagabonde.
    Réponses d’Hélène et discussion avec Géraldine et Roger qui étaient présents :
    – La posture n’est pas totalement verticale, le bas du dos est légèrement arrondi. Éventuellement s’assoir sur un coussin, pas de tension.
    – Les pensées parasites sont normales au début, elles s’espaceront quand on sera occupé à faire circuler l’énergie.
    – Le mouvement interne est une sorte d’alchimie, dont on essaie de trouver les éléments en soi. Le but est de faire circuler l’énergie (qi) dont le siège se trouve au dan (élixir, cinabre) tian (champ) principal (bas-ventre, siège de l’énergie vitale).
    – Le dan tian médian est situé au niveau du cœur (pagode, siège des émotions), le dan tian supérieur au niveau du front (siège du yi, l’intention et la pensée créatrice).
    – Faire circuler l’énergie conduite par l’intention en s’appuyant sur le souffle.
    – Si le qi dirige le yi il y a blocage ; si c’est le yi qui dirige le qi on obtient une grande puissance.
    – On cultive le qi dans les champs de cinabre.
    – Le but du Neigong est la santé (prolonger la vie), il s’agit d’ouvrir le dan tian supérieur pour éveiller la conscience et découvrir la part spirituelle de son être.
    – On distingue 3 qualités d’énergie : le jing (énergie procréatrice, au niveau du périnée), le qi (énergie vitale, au niveau du ventre), le shen (énergie spirituelle, au niveau du front).
    – Le cœur (dan tian médian) est le lieu de passage du qi entre le dantian principal (siège du qi) et le dantian supérieur (siège du shen).
    – Le mingmen (au niveau des reins) et le jiaji (au niveau de l’attache du soutien-gorge (pour les femmes…) entre les 6ème et 7ème vertèbres dorsales) sont 2 « passes » par lesquelles circule l’énergie.
    – Le baihui (lieu des « cent réunions », au sommet du crâne, connexion au ciel) et le huiyin (au niveau du périnée, connexion à la terre en position assise) relient l’homme à la terre et au ciel .
    – Le xin est le cœur en tant qu’organe et fonction, siège de la pensée, des émotions, et point de départ de l’éveil du calme : condition sine qua non de la circulation de l’énergie.
    – Faire monter et descendre le souffle en conscience aide à calmer le cœur et le mental.

    Tuishou et fondamentaux :
    Le yi, le regard et le corps (dans cet ordre).
    Capacité à suivre l’autre dans ses déplacements. La personne qui guide doit signifier le changement de direction par le regard.
    Le déplacement doit être naturel, comme s’il y avait un ballon entre les 2 personnes.
    Avoir toujours conscience des 3 appuis sous les pieds et de la source jaillissante (fourmi).
    Le bassin comme initiateur du mouvement et force motrice.
    Petite pratique au sol.

    Dîner.

    #368

    Site par défaut
    Participant

    Mardi 2 juillet :
    Pas entendu mon réveil, j’ouvre un œil à 6h50, je dois être en bas dans 10 min ! Panique, pas de très bon augure pour le Neigong !
    Arrivée dans la salle, je roule un tapis sous mes fesses et trouve la posture plus confortable. Je ne m’inquiète plus des pensées parasites.
    Sabine explique (car Hélène lui a rapporté nos questions) qu’il ne s’agit pas de chercher un « chemin » pour amener le souffle du nez et du baihue aux différents dan tians mais d’y « aller » directement, c’est-à-dire mettre son attention sur le souffle et sur l’endroit indiqué en même temps.
    Échauffement puis posture immobile, sessions courtes. Impression de fourmis dans les jambes et de modifier le souffle quand je me concentre dessus. A voir avec Hélène pendant l’atelier.
    Treize postures dehors. Pas assez ensemble.
    Petit déjeuner.

    Enchaînements :
    Calquer le mouvement des pieds sur celui du corps.
    Exercices autour de l’espace personnel :
    – Matérialisation par le peng, sans dureté, sans anticiper, dans les 4 directions face à un adversaire qui avance vers nous.
    – Matérialisation par les 2 bras croisés devant soi, résister lorsque l’autre vient y buter.
    Deuxième ou troisième duan au choix.
    Déjeuner. Discussion au sujet de l’Amicale avec Simonette et Catherine. Puis escapade au village avec Michel, Géraldine, Élisabeth et Roger. Michel, qui cherchait un cadeau pour sa Christine chérie, est très déçu car la boutique dont il se souvenait a fermé et qu’il n’y a pas grand-chose d’autre aux alentours. Même l’église est fermée, on passe à l’office du tourisme où on laisse nos coordonnées pour une éventuelle visite guidée dans les prochains jours (mais on ne nous a jamais rappelés…).

    Atelier avec Hélène :
    Pour éviter de modifier le rythme de la respiration, il faut se concentrer sur les points mentionnés par Sabine (dan tian, baihui, mingmen, etc.). Pour la forme, c’est pareil, ça va se caler avec le temps. Les indications (quand on « donne la respiration ») servent surtout à ce qu’on soit ensemble.
    L’énergie circule selon les méridiens périphériques. En méditation on travaille surtout sur les méridiens merveilleux, entre la tête et le périnée (entre autres…). Démonstration : un anneau tourne quand il est suspendu à un fil au-dessus de la tête de quelqu’un en circuit ouvert (bras et jambes séparés). Dans un sens pour les femmes, dans le sens inverse pour les hommes. Si on ferme le circuit en joignant les mains (posées à plat l’une sur l’autre, paumes vers le ciel, les pouces en contact) et/ou en croisant les jambes, comme dans la posture de méditation, l’anneau s’immobilise (c’est très impressionnant !) car les énergies périphériques sont mises en sourdine, ce qui permet de se recentrer sur l’énergie vitale.
    Lors de cette démonstration, j’avais prêté mon alliance (héritée de mon arrière-grand-mère) et le cordon de mon étui à lunettes à Hélène, et pendant qu’on échangeait là-dessus, elle a défait le cordon pour me le rendre et l’alliance a glissé dans l’herbe, ce qui a donné lieu à une recherche active, collective, méthodique et appliquée, avec déploiement de moyens extraordinaires (applis détectant les métaux, râteaux dûment réquisitionnés et lampes torches qui nous auraient aidés à la tombée de la nuit le cas échéant), recherches finalement fort heureusement couronnées de succès, grâce à Géraldine, l’héroïne du jour ! Cet épisode un peu stressant (même si je n’ai jamais douté du fait qu’on allait retrouver l’anneau), a en quelque sorte tenu lieu de « team-building » (dixit Karsten) en ce début de séjour, et j’ai été extrêmement touchée par l’implication et la mobilisation immédiate de tout le groupe, et par l’élan de joie collective au moment de l’épilogue, alors que la majorité des personnes présentes ne me connaissait que depuis deux jours. Je tiens à remercier encore chaleureusement tous les contributeurs qui se reconnaîtront et qui sont trop nombreux pour être cités un par un.

    Tuishou et fondamentaux :
    De mémoire, quelques éléments épars :
    Espace personnel et marche à deux.
    Unification des mouvements. Amplitude, puis resserrer.
    « Le qi est une roue, le bassin est son essieu ».
    Le bassin est moteur, il amorce le mouvement, les membres suivent.
    Le bassin qui tourne allège la jambe mobile. Chercher la légèreté et le naturel dans la démarche.
    Pas circulaire (qui repasse par le centre) ; exemples : le singe bat en retraite, la grue blanche déploie ses ailes, former le poing sur le côté.
    Pas chassés : fermer pour avancer (coller le pied arrière au pied avant), exemples : fermeture apparente, frapper 3 fois les paumes.
    Petite pratique au sol.

    Dîner puis sortie à Loquirec avec Frédéric, Roger, Karsten et Géraldine pour prendre une bière ou une glace et se remettre de nos émotions.

    #369

    Site par défaut
    Participant

    Mercredi 3 juillet :
    Neigong :
    Posture plus adaptée, plus confortable, bas du dos plus arrondi, coussin sous les fesses, paumes de mains l’une sur l’autre tournées vers le ciel, pouces en contact. Petite douleur dans le haut du dos tout de même.
    Sessions un peu plus longues, attention portée au dan tian, au mingmen, au troisième œil.
    Sensations de chaleur qui se propage, de force aspirante (ciel et terre).
    Fenêtres fermées sauf une, il fait trop chaud, Martine s’en va.
    Premier duan dehors, Sabine propose à une dame qui fait du Qi qong et voudrait essayer le Taichi de se joindre à nous. On était plus ensemble que la veille je crois.
    Petit déjeuner.

    Enchainements et fondamentaux :
    Il fait plus chaud que les autres jours, je cherche l’ombre (j’aurai une migraine en début d’après-midi).
    Échauffement puis travail sur les mouvements qui impliquent des cercles (recherche en petits groupes). Exemples : les nuages, saisir la queue du moineau, former le poing sur le côté, le simple fouet, enfourcher le tigre et gravir la montagne.
    La courbe contient l’espace personnel dans toutes les dimensions. Sentir cet espace, cette bulle, cette frontière infranchissable, en avoir conscience dans l’enchainement.
    Densité du mouvement : différence entre le vide et le plein. Le plein peut se vider, le vide se remplir. Notion de poids du corps, d’enracinement. Un mouvement dense est un mouvement compact.
    Chercher la dynamique dans la stabilité. Et la stabilité dans le mouvement.
    Développer l’agilité dans l’enchainement. Aisance du corps, harmoniser ses pas avec le mouvement.
    Puis travail sur le 2ème ou le 3ème duan.
    Déjeuner. Puis excursion au Super U avec Martial, Patrick et Bernard pour acheter à boire pour remercier le groupe d’avoir participé aux recherches de la bague la veille.

    Atelier avec Hélène : initiation à l’éventail :
    Quelle chance ! Depuis le temps que j’ai envie de m’y mettre ! J’avais fait un petit stage avec Fatima il y a quelques années, mais j’étais la seule débutante et j’avais un peu galéré malgré la gentillesse et la patience de Fatima et du groupe.
    On n’est pas très nombreux et c’est vraiment chouette ! J’adore cet enchainement ! Au début on apprend à ouvrir et fermer l’éventail, à le tenir correctement sans s’y agripper, puis on fait le début de l’enchainement.

    Tuishou et fondamentaux :
    Sur 2 lignes : poussée et expression (se lâcher).
    Quand on reçoit la poussée, on recule un pied, on accueille la poussée (absorption nécessaire, préalable) puis on renvoie en utilisant l’énergie transmise par l’autre.
    Développer la conscience pour pouvoir transformer une situation.
    Feldenkrais : imaginer une horloge au niveau du bassin puis de la tête et effectuer des mouvements de midi à 6h, puis de 3 à 9h. Voir l’incidence sur la colonne vertébrale et le reste du corps. Puis l’incidence des exercices sur la position du corps, les points de contact avec le sol.
    Dîner et pot dans le jardin pour remercier le groupe.

    #370

    Site par défaut
    Participant

    Jeudi 4 juillet :
    Neigong :
    Sabine donne à chacun un petit ballon oblong à gonfler un peu et à placer sous le périnée.
    Elle montre différents schémas sur la morphologie féminine et masculine. Le diaphragme, le périnée.
    D’autres schémas sur la circulation du souffle, avec mentions de nouveaux points internes au niveau de la tête (niwan : perle de boue) et du bas-ventre (guanyuan : passe originelle) : chez l’homme la circulation entre les différents points se fait par l’avant du corps sur l’inspiration (descente) et par l’arrière sur l’expiration (remontée), chez la femme c’est l’inverse (descente par l’arrière sur l’inspire, remontée par l’avant sur l’expire).
    Le Baihui ou les 100 réunions (sommet du crâne, connexion au ciel), le Huiyin ou la réunion des yin (périnée, connexion à la terre).
    Tous ces points (ainsi que les 4 dantians et les 4 points situés au niveau du dos) sont les « zones de culture de l’élixir de longue vie ».
    Sessions de 3 x 5 mn, concentration sur le baihui, le 3ème œil, puis le circuit décrit plus haut, en fonction du genre de chacun.
    Pas de pratique dehors (manque de temps), dommage !
    Petit déjeuner.
    Enchainements :
    Travail à 2 sur « séparer les mains », sur les deux diagonales dans le 2ème duan, qui est un mouvement que j’aime bien.

    Atelier avec Patrick puis Hélène : reprise de l’enchainement appris la veille.

    Tuishou et pratique au sol.
    Dîner et pot en l’honneur des assistants (Hélène, Michel, Agnès et Michel) et Sabine et cadeaux à chacun d’eux et à Isabelle pour la remercier pour l’organisation.

    #371

    Site par défaut
    Participant

    Vendredi 5 juillet :
    Neigong sur la plage, fantastique !
    Petit déjeuner et bagages.

    Enchainements : 3ème duan.
    Déjeuner et adieux, départ pour la gare et retour à Paris.

    Conclusion :
    Je suis rentrée zen, ravie et motivée.
    Je tiens à remercier :
    – Sabine pour son enseignement extraordinaire, sa disponibilité, sa gentillesse et l’ambiance unique qu’elle insuffle au groupe.
    – Les assistants pour leur infinie patience, leurs qualités pédagogiques, leur humour et leur générosité.
    – Martial qui m’a permis de compléter mes notes à partir des siennes.
    – Géraldine qui a été une compagne adorable et mon héroïne 😊.
    – Tout le groupe pour son accueil, sa sympathie, les échanges que nous avons eus et dont certains ont été pour moi de vraies rencontres. Je n’ai qu’une hâte : revenir l’an prochain, et retrouver les uns et les autres lors des différentes manifestations tout au long de l’année.
    – Enfin Rémi qui m’a soufflé l’idée de ce journal de bord dont j’espère qu’il n’est pas trop indigeste, et que je vais faire relire par Hélène et Sabine afin de vérifier que je n’y dis pas trop de bêtises et que je ne trahis pas l’esprit du Taichi !

    Bon été à tous et au plaisir de vous retrouver à la rentrée !

    Céline

    #415

    Site par défaut
    Participant

    Chère Céline,
    grand merci pour ce journal. Grâce à toi j’ai l’impression d’avoir été présente parmi vous. Et j’ai pensé très fort à vous pendant que, solitaire, je faisais mes exercices de rééducation. Mais le taiji ne me quitte pas à travers le neigong et quelques fois un peu de forme.
    Merci donc d’avoir pris la peine de dérouler pour nous tous ces moments de travail dans la bonne humeur et les temps de détente et d’échanges, voilà ce qui m’a manqué le plus !
    Alors à bientôt pour des retrouvailles aux cours avec Sabine et tous les élèves.
    Je t’embrasse et te souhaite un bon mois d’août.
    Fatima

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.