Septembre

Ce sujet a 4 réponses, 1 participant et a été mis à jour par  Rémi, il y a 1 mois et 3 semaines.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #605

    Rémi
    Participant

    Mardi 10 septembre, jour de la reprise pour les « anciens », c’est-à-dire les non-débutants. À vue de nez, nous étions une trentaine de pratiquants. La reprise a été classique, exercices de base, dont un peu de travail au sol, puis premier et deuxième duans. Sabine nous a montré l’application du mouvement « avancer, levier, frapper au cœur », qui vient après « le singe bat en retraite », puis nous a guidés pour l’effectuer à deux. C’est toujours éclairant de voir l’application d’un mouvement, mais c’est souvent difficile à mémoriser. Ensuite, pendant la dernière demi-heure, nous avons fait la première partie du troisième duan (jusqu’à la deuxième série de nuages).

    #624

    Rémi
    Participant

    Jeudi 12 septembre. Toujours la semaine de la reprise pour les non-débutants. Nous sommes ce jeudi une petite quinzaine de participants. Il fait toujours aussi chaud dans la salle… Sabine nous fait faire quelques exercices de base, puis un peu de travail au sol. Elle nous invite à en faire aussi chez nous. Ce serait sans doute utile pour plusieurs d’entre nous… Ensuite, nous effectuons le premier duan, normalement, si l’on peut dire ainsi. Ensuite, Sabine nous demande de l’effectuer, d’une part, en changeant notre orientation, mais, surtout, d’autre part, en essayant de ne mettre que l’espace nécessaire ou un peu plus entre nous. Ça nous prend quelques minutes pour y parvenir. Bien alignés, nous effectuons de nouveau le premier duan. C’est assez harmonieux et agréable à regarder. Puis, ensuite, une troisième fois le premier duan, mais cette fois-ci en partant de cardinales différentes. Le résultat a visiblement été un peu moins harmonieux que précédemment. Je pense que si nous avions inclus les diagonales dans nos positions de départ, le résultat aurait été assez peu réussi…
    Après cela, nous avons étudié et réalisé à deux l’application des mouvements de fin d’enchaînement : cueillir, avancer, tordre, avancer, bloquer, coup de poing, fermeture apparente.
    Au cours de la dernière demi-heure, nous avons effectué le deuxième duan. Ensuite, nous avons de nouveau étudié l’application martiale que nous avions vue mardi.

    #654

    Rémi
    Participant

    Mardi 17 septembre. À partir de cette semaine, nous accueillons de nouveaux pratiquants.
    Le cours est dense et d’une très grande richesse, et en faire ici une synthèse exhaustive va être un peu difficile… Comme chaque début d’année, Sabine nous propose de nouvelles choses, de nouveaux exercices, de nouvelles façons d’aborder des notions qui, elles, ne sont sans doute pas nouvelles pour les non-débutants. L’arrivée de nouvelles personnes est l’occasion d’approfondir des notions de base, c’est chaque fois fructueux, et apporte de nouveaux éclairages sur des aspects que l’on pouvait penser assez bien acquis.
    L’idée directrice du cours, je crois que Sabine l’a dit assez explicitement, était de nous faire prendre conscience de l’espace qui nous entourait, de notre « espace de protection », espace qui nous protège, mais peut-être aussi espace à protéger ; un espace qui serait une sorte de sphère autour de chacun de nous. Peut-être était-ce la même idée ou une idée approchante qui a guidé la réalisation, jeudi dernier, du premier duan en nous positionnant de telle façon que nous soyons séparés de juste l’espace nécessaire ou à peine plus.
    Ce mardi, nous avons effectué un exercice que je ne me souviens pas avoir déjà fait ; les bras devant nous, faisant comme une sorte de cercle ; nous ouvrons les bras puis les ramenons devant nous, au rythme de la respiration, comme si nous faisions respirer l’espace devant nous. Un peu plus tard, nous le referons en amenant nos bras jusque derrière nous.
    Nous avons fait un autre exercice dans lequel nous tenions entre nos mains un ballon imaginaire, que nous déplacions de gauche à droite, tournant nos mains autour de ce ballon, mais également en tournant de gauche à droite.
    Nous avons fait un peu de travail au sol, à sentir nos ischions, à rouler dessus…
    Puis nous avons fait du travail à deux. À tour de rôle, chacune des deux personnes observe et apprécie la posture d’enracinement et la verticalité chez son partenaire. J’ai pour ma part travaillé avec Mai, et j’ai été très étonné de constater qu’une infime modification de la verticalité, faite à la suite d’une de ses remarques, avait des conséquences au niveau des plantes de pieds… Ce ne serait peut-être pas illogique, quand on y pense, que la verticalité prenne sa source dans la plante des pieds. Voilà une question pour le professeur…
    Suite du travail à deux, en position de parer cette fois-ci. On pare d’une main, le bras en arc de cercle, et, de l’autre main, on tient le coude de son/sa partenaire. À la suite d’une remarque de Sabine, je comprends qu’ainsi positionnés, les bras, vus d’en haut, formeraient le symbole Yin – Yang. On avance ainsi à deux, poussant le partenaire en allant vers l’avant, mais également en l’aspirant quand on marche en arrière. Même chose ensuite, mais cette fois-ci avec un ballon imaginaire entre nous afin de matérialiser nos espaces personnels respectifs.
    Un ou deux exercices ont disparu de ma mémoire… Puis, tandis que Sabine commence son enseignement auprès des nouveaux pratiquants, la plupart d’entre nous, une bonne vingtaine, effectuons le deuxième duan sous la houlette de Michel.
    Nous consacrons ensuite quelques courtes minutes à l’application martiale déjà vue lors des deux cours précédents.
    Durant la dernière demi-heure : le début du troisième duan. Puis, de nouveau à deux, Sabine nous propose d’observer, à tour de rôle, la réalisation du « saisir la queue du moineau » de notre partenaire.
    Les dernières minutes ont été consacrées au mouvement « séparer la crinière du cheval ». Je crois que c’est autour de ce mouvement que Sabine nous a proposé de « sculpter » l’espace (je ne suis plus sûr du verbe, mais c’était l’idée). J’avais déjà entendu une danseuse de flamenco dire cela. Considérer et appréhender l’espace dans lequel nous nous trouvons comme une matière n’est pas chose aisée, c’est assez contre-intuitif… L’espace comme une matière… À méditer peut-être…

    #655

    Rémi
    Participant

    Jeudi 19 septembre. Nous avons travaillé le déplacement, lentement, le changement d’appui, le bassin qui tourne un peu vers la jambe avant au moment du transfert de l’appui, libérant ainsi la jambe arrière, qui vient alors se poser devant. Le poids pour un moment dans la jambe arrière, la jambe avant est disponible. Le pied avant se tourne légèrement, le bassin tourne, l’appui se déplace. Nous l’avons fait en marchant vers l’avant, en allant en arrière, seuls, puis à deux, comme nous l’avions fait mardi, les bras en « Yin et Yang ».
    Nous avons aussi travaillé la verticalité. Il ne s’agit visiblement pas de la verticalité du « tiens-toi droit » qu’on a tous certainement entendue au moins une fois dans notre existence, et qui vise, elle, principalement le dos et les épaules. Non, la verticalité que nous avons explorée, qui n’est pas une entière nouveauté pour les non-débutants, se concrétise par une ligne verticale qui passe par le Baï hui, au sommet du crâne, qui nous relie au ciel et auquel nous pouvons prêter attention. Lorsque nous sommes debout, en appui sur la jambe arrière, la jambe avant simplement posée devant, cette ligne verticale passe quelques centimètres devant notre jambe arrière. Il faut essayer de conserver cette verticalité lors des déplacements.
    Nous avons bien évidemment fait quelques exercices de base (mais pas de travail au sol), et notamment cet exercice consistant à ouvrir puis fermer les bras devant soi, comme si nous faisions respirer l’espace devant nous, exercice qui, pour ma part, m’a tout de suite beaucoup plu lorsque nous l’avons effectué mardi dernier.
    Au cours de la dernière demi-heure, nous nous sommes séparés en deux groupes, chacun des groupes travaillant une application martiale du 2ème duan.

    #705

    Rémi
    Participant

    Jeudi 26 septembre. Nous sommes environ une vingtaine de pratiquants. Nous faisons quelques exercices de base pour commencer, comme à chaque cours.
    Un exercice que nous faisons de temps en temps, pas très souvent, qui est d’ailleurs sur le DVD des treize postures, où nous portons notre poids alternativement sur notre jambe gauche puis notre jambe droite. L’exercice évolue au fil de sa réalisation, nous tournons, à droite, à gauche, levons les bras, les baissons, levons une jambe, restons en équilibre quelques instants.
    Nous avons fait également quelques déplacements, portant attention au transfert du poids d’une jambe à l’autre, ainsi qu’au mouvement du bassin dans la direction où nous allons qui libère alors la jambe arrière. Nous avons ensuite fait ces déplacements à deux, le bras en protection, changeant de bras avec le déplacement.
    Un autre exercice, que nous avons déjà fait depuis la rentrée, a consisté à porter les bras en avant, comme faisant une offrande, puis à ensuite les ramener, les paumes des mains vers le haut, y associant la respiration et la flexion des jambes (description qui n’a pas grand-chose de tangible si on n’a pas fait l’exercice…).
    Nous avons ensuite fait le premier duan, un peu lentement…
    Au cours de la dernière demi-heure, nous avons effectué la fin du deuxième duan, à partir de la première série de nuages. Puis nous avons travaillé une application martiale, le mouvement « avancer, cycle yin yang de coups de pieds », qui se situe presque à la fin de l’enchaînement, après avoir « tourné puis terrassé le tigre à droite ». La main gauche bloque le coude droit de l’adversaire, la main droite tient son poignet droit. Légère rotation de la main droite vers l’intérieur, on tire légèrement, et on pousse dans l’axe du bras vers l’épaule. Puis on avance : coup de pied à gauche, coup de pied à droite. Ensuite, on balaye du bras droit, sous la main gauche qui maintient et soulève le bras droit de l’adversaire. On tend sa jambe arrière. On repousse l’adversaire.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.